Yves Le Pestipon : Culture et Culture Scientifique

CULTURE ET CULTURE SCIENTIFIQUE                                            Par Yves Le Pestipon Lorsque je suis entré à l’Académie des Sciences et Belles-Lettres de Toulouse, voici environ vingt ans, j’ai eu le plaisir de constater que s’y rencontraient, y échangeaient, s’y écoutaient, des gens qui se caractérisaient par une culture que l’on dit scientifique, d’autres qui se caractérisaient par une culture que l’on dit littéraire. Il y avait là des historiens, des chimistes, des astrophysiciens, des philosophes, des géographes, des linguistes, des mathématiciens, des ingénieurs, des juristes, des vétérinaires, des critiques littéraires. Voilà qui me semblait rare. Voilà qui me semblait désirable, et utile. Il y avait même là quelques cas merveilleux de gens à double, voire à triple culture. On pouvait y rencontrer des médecins historiens, des historiens passionnés d’histoire de la médecine, des chimistes philosophes, ou des chimistes pratiquant la peinture. J’étais moi-même, depuis longtemps, un passionné de paléontologie, converti à la poésie, à la littérature, aux beaux-arts, par quelques poètes que j’ai rencontrés très jeune. Adolescent, j’étais le plus jeune membre de la société d’histoire naturelle de Nantes, tout en écoutant de la musique, et en composant des vers. Je suis devenu un spécialiste de La Fontaine, qui était au courant de toute la science de son temps qui avait des amis parmi de grands savants, des religieux, et qui troussait des vers galants, tout en écrivant aussi des fables à grande portée politique et morale. Il pratiquait assidument la lecture et l’imitation de Lucrèce, se trouvait ainsi au fait de quelques-unes des plus hautes leçons de la physique antique, tout en goûtant les vers d’un des meilleurs poètes que Rome ait engendrés. Il composa un étonnant poème sur le Quinquina, découverte alors nouvelle de la médecine, et se disait « Disciple de Lucrèce ». Cette alliance travaillée entre les cultures fut aussi, plus tard, le fait de Voltaire. Hugo lui-même ne dédaigna pas du tout la science. Les plus grands artistes de la Renaissance étaient volontiers géomètres, géologues, souvent anatomistes, parfois médecins, comme Léonard, ou même comme Rabelais. Deux siècles plus tard, un Diderot, qui lança véritablement l’entreprise de l’Encyclopédie, faisait à la fois œuvre d’écrivain, et de vulgarisateur scientifique de très haut vol. Goethe théorisa sur la lumière et fit Faust. La modernité récente en revanche, en France, n’a cessé de creuser l’écart entre culture scientifique, et ce que l’on appelle « culture ». Cela se voit à l’école. Pendant une très large...
Lire la suite...

Serge BORIES

Serge Bories  Ancien Directeur de Recherche Emérite du CNRS – Institut de Mécanique des Fluides de Toulouse. ************** Travaux réalisés dans le cadre de l’Académie des Sciences Inscriptions et Belles Lettres de Toulouse. *Communications et publications dans les Mémoires de l’Académie.  – La physique des milieux hétérogènes, Vol.163, 2001, pp 63- 82. – Un avatar du déterminisme : le Chaos,Vol.164, 2002, pp 55-82. – Histoires d’eau, Vol.167, 2005, pp 63-82. – Les prolégomènes de la Relativité. L’œuvre d’Eleuthère Mascart (1837-1908), Vol.168, 2006,pp 121-139. – Emergence et Morphogénèse : Deux paradigmes revisités, Vol.172, 2010, pp 143-160.  -Rythmes-biorythmes. La construction rythmique du vivant, Vol.179 2017,pp 63-84. –De Cromagnon à Fermat : une saga des chiffres,Vol.181,2019, pp 167-183. *Eloge. Professeur Jean Nougaro (1922-2008), Vol.171, 2009, pp 25-30 *Rapport général de remise des prix pour l’année 2019 Vol.181, 2019 pp.289-304.                                  ...
Lire la suite...

Jean-Baptiste Hiriart-Urruty

Membre de l’Académie depuis 2004 Professeur de mathématiques à l’Université Paul Sabatier de Toulouse. Activités 14 Février 2019 : Conférence à la mairie de Pechbusque, salle du conseil « Pierre de Fermat : magistrat, philologue et mathématicien illustre mais … énigmatique » ——————————– Publications ——————————– Divers et curiosités Epatez vos amis avec des mathématiques élémentaires ! Prenons une corde tendue au sol entre deux poteaux de football distants de 100 mètres, poteaux auxquels les extrémités de la corde sont attachées. On ajoute juste 1 mètre à la corde, ce qui lui donne un peu de mou… Au milieu du terrain, à 50 mètres de chaque poteau donc, on tire la corde vers le haut, le plus possible, de façon que la disposition résultante ait la forme d’un chapeau ou d’un triangle bien aplati. Question : A quelle hauteur h est le sommet le plus haut du triangle ? Posez la question autour de vous, et les réponses fuseront : “C’est à peine perceptible, l’allongement de la corde n’a été que de 1%…” ; “Quelques centimètres à peine, un ballon de foot ne passerait pas dessous… ” ; “Moins de 1mètre en tout cas… ” (là, je hoche la tête pour laisser penser que je vais dans son sens… ). Mais, quelle est la réponse exacte ? Eh bien, elle est surprenante : plus de 7 mètres ! Une maison passerait dessous… Devant l’incrédulité de vos interlocuteurs, il n’y a plus qu’à faire une démonstration.. très simple au demeurant (niveau classe de Troisième) sans recours à une quelconque formule de trigonomètrie… La voici. A l’aide de notre bon vieux théorème de Pythagore, on écrit : (50)2 + h2 = (50, 5)2 , h2 = (50, 5)2 − (50)2 .Et là, on se souvient de l’identité remarquable a2 − b2 = (a + b) (a − b), de sorte que h2 =100,5×0,5=50,25. Ainsi h = 50,25 > 7 (puisque 7 = √49). Etonnant, non ? +++++++++ Eh Oh, année 2019 ! – Le nombre 2019 a quelques particularités, c’est par exemple la somme de 3 carrés de nombres entiers : 2019 = (.)2 + (.)2 + (.)2, (D) mais ce n’est pas la somme de 2 carrés d’entiers, comme c’est le cas pour ses voisins 2018 et 2020. Les mathématiciens savent dire quand cela est possible et quand ça ne l’est pas… Reste à trouver effectivement ces décompositions. On peut décomposer 2019 comme indiqué dans (D) de 9 façons différentes… On est sympa, on vous en donne (presque) une : 2019 = (31)2 + (.)2 + (.)2, les deux nombres manquants sont égaux.– A part ̧ca, 2019 est l’année du 50e anniversaire du...
Lire la suite...

Yves Le Pestipon

Samedi 28 septembre 2019 : Librairie Ombres Blanches, 11h, présentation de Deux Khagneux sous de Gaulle, correspondance entre Michel Taillefer et Dominique Noguez. Château de Gaujac, près Lézignan, 17 h, Explication de texte, « La Sorgue » de René Char. Dimanche 22 septembre 2019 : Librairies Ombres Blanches, 17h30, Classiques au détail, Du Bellay, « Heureux qui comme Ulysse ». Grèze-Herminix, 17 h, conférence sur le Préfet Poubelle. Lundi 9 septembre 2019 : Librairies Ombres Blanches, 17h30, Classiques au détail, Du Bellay, « Heureux qui comme...
Lire la suite...

Michel Bilotte

Professeur émérite de l’université Paul Sabatier de Toulouse, membre de l’Académie des Sciences Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse. Géologue de terrain, Michel Bilotte a pendant 40 ans apporté sa contribution à la connaissance des Pyrénées.


Lire la suite...